Bilan de merde, un matin (79-563)

Patrice Saucier

Il n’y a que mon coeur

Qui bat la chamade

L’idée d’écrire à côté des autres

L’idée d’entendre des paroles creuses

Suivies de fourires explosifs

L’idée que je transporte 80 kilos

Tous les jours

Tous les jours

Je sers de sous-compacte

À une conscience

Qui aurait besoin d’un dix roues pour se transporter

Elle pèse trop lourd

Des rêves qu’elle ne peut plus réaliser

Parce que trop vieux

Parce que 40 ans mon amour

C’est l’âge des premiers bilans

Pas des premiers pas en avant…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s