Antichambre

Il y a cet homme engoncé dans ses défauts

Dans ses problèmes d’agencer ses couleurs pour s’habiller… Comme un homme, finalement!

Il y a ses paroles qu’il garde pour lui seul parce que c’est plus prudent et de toute manière, il est le seul à les comprendre.

Il y a ses gestes qui trahissent le souhait d’être ailleurs. Un Métro, c’est froid et c’est conçu pour ceux qui n’ont, laissez-moi y penser, pas vraiment le choix.

Il est comme eux. Mais il n’en peut plus.

Il contemple intensivement les rails du Métro. Il regarde ensuite sa montre comme on regarde sa vie passer. Ferris Bueller te l’avait pourtant bien dit. Encore une fois, il te le démontre. Stop! Un instant. Et réfléchir.

Pour Véronique Lussier

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s