Dérives III

Octobre 1977

“Je vais te mettre mon poing sur la gueule!” J’étais sûr de moi, fier d’appliquer à la lettre ce que j’avais entendu à la télévision. J’avais tendance à toujours imiter, toujours me mettre dans la peau des autres pour avancer. Appelons cela un manque de confiance en moi pour être poli, appelons cela un “peut-être Asperger non détecté” pour être plus clinique. Ainsi donc, cette attaque verbale, je l’avais dédié à un professeur de sixième année qui m’engueulait pour quelque chose que je n’avais pas commis. J’étais incapable de me défendre puisqu’à mon école, il est interdit de répliquer en tout temps. Ce que j’ai fait ? Je me suis glissé dans la peau d’un héros de télé ou je ne sais trop. Où avais-je entendu cela exactement ? Je n’ai pas le souvenir d’une émission en particulier. Toujours est-il que c’est l’oeuvre de cette diablesse de petite lucarne ! Bien entendu, je fus puni, obligé de demeurer immobile sur un pupitre trop grand pour moi. Pendant ce temps, la directrice avait téléphoné à la maison pour dire à ma mère que je serai un voyou plus tard. Je venais dès lors d’annoncer mes couleurs et par le fait même d’être considéré comme un enfant du trouble. Cela me suivra tout au long de mes études primaires.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s